Dr. Thu Van Lam
Brick Number: 
5031-5035

In memory of poet Nguyen Chi Thien, with whom I had the privilege of working for human rights for Vietnam since 1997, within the Vietnam Human Rights Network, in California, USA.

Vietnamese poet Nguyen Chi Thien, incarcerated 27 years because of his poems "Flowers from hell"

Nguyen Chi Thien (1939 - 2012), born on February 27, 1939 in North of Vietnam (Ha Nam province), spent 27 years in communist "re-education camps" and prisons, because of his poems criticizing the communist regime and asking for freedom of expression and opinion. He also denounced arbitrary detention of dissident citizens, as well as inhumane condition in communist gulags.
It is a miracle that Nguyen Chi Thien, not only survived those 3 imprisonments (27 years), but he could also, during the years of detention, compose about 700 poems and keep them in his memory!


First imprisonment (1961 - 1964) in Phu Tho (Yen Bai province) because of his opinion on a history text book. While in jail for 3.5 years, he created and kept in memory about 100 poems describing horrible scenes that he witnessed or he was victim in prison (starvation, forced labour, detention with common law criminals, torture ...)


Second imprisonment (1966 - 1977) in Yen Bai, Lao Cai, Cong Troi, Phong Quang re-education camps because of his poems circulated among dissident youth in Hanoi. For 12 years, he was subjected to forced labour, starvation, and exposure to all kinds of contagious disease in jail. That was an imprisonment without trial and without prison term.


Third imprisonment (1979 - 1991) in Hoa Lo central prison in Hanoi, after he smuggled his manuscript of 400 poems through the British Embassy in Hanoi with the request to have it published overseas. The title was "Flowers from hell". Nguyen Chi Thien spent 8 years in Hoa Lo prison, beginning with 8 months of confinement, shackled in a dark cell.

 

He was transferred, after 8 years, to hard labour camps. Ba Sao in Ha Nam province was the last camp before his release in 1991.
Between those 3 imprisonments, like other political prisoners, he was subjected to strict police surveillance with frequent interrogation sessions. It was impossible for him to get a job, because no employer would hire a former political prisoner.

Victim of the communist dictatorship, Nguyen Chi Thien devoted his life to defending human rights and fighting injustice with only his poems as weapon. He reported all the atrocities that he witnessed in communist prisons. Following are a few examples of his writings:

The swamps

The party orders: Silence! Talk! Cry! Laugh!

Go hungry! Work hard! If a complaint leaks out

Then you are up for melting your bones in jail, arbitrarily

(composed in 1972)

 
I can eat

I can eat a few kilos of raw manioc

And enjoy it as if it were chocolate.

Aren't you impressed that I can outdo a hog?

It's because I am living in a communist Viet jail!

 
In winter when blow wintry blasts

I am half submerged in a river gathering bamboo.

You think I have copper skin and iron bones?

No, I am just living in a communist Viet jail!

 
My bed is a piece of mat about two feet wide on the floor

On one side is a leper, on the other a TB case.

What do you think that I should do?

I am living in a communist Viet jail!

                                                                                                (composed in 1968)

 The following letter from Nguyen Chi Thien to the free world, in 1979, is a call for help from the "hell" of Vietnamese prisons:

 "Sir!

In the name of millions of innocent victims of dictatorship, of those who have already fallen and those who are still dying a slow and painful death in communist prisons, I beg you to publish these poems in your free country. They are the fruits of my 20 years of work, and most of them were created during my years in detention. I think it’s the duty of the victims like us, rather than anyone else, to show to the world the unbelievable suffering of our oppressed and tortured people. From my broken life, there remains but one dream: to see the largest number of men awakened to the fact that communism is a calamity to mankind.

Please accept, sir, my deep gratitude as well as that of my unfortunate compatriots.

Nguyen Chi Thien, July 14, 1979”

Adopted by Amnesty International since 1986, International PEN , PEN Canada, Human Rights Watch, International Parliament of Writers.

Recipient of the 1985 Poetry Prize in Rotterdam.

 Nguyen Chi Thien’s books “Flowers from hell” and “Hoa Lo, Hanoi Hilton stories” were published in many languages: Vietnamese, French, English, German, Japanese, Czech, Chinese.

 References:

1.     “Hoa Dia Nguc” in Vietnamese. Author Nguyen Chi Thien. Published by To Hop Xuat Ban mien Dong Hoa Ky 2006 USA ISBN 0-9772129-5-5

2.     “Hoa Lo, Hanoi Hilton Stories” in English, Author Nguyen Chi Thien. Published by Yale University Southeast Asia Studies USA 2007 with Nguyen Chi Thien’s Testimony on Human Rights before the US Congress on November 08, 1995.

3.     “Tieng Vong Tu Day Vuc, Echo aus dem Abgrund” bilingual Vietnamese-German. Author Nguyen Chi Thien, translator Bui Hanh Nghi. Frankfurt, Germany 1991.

4.     Selection of poems from “Flowers of hell” “Hoa Dia Nguc” bilingual Vietnamese-English, translator Nguyen Ngoc Bich. Published by To Hop Xuat Ban mien Dong Hoa Ky 1996.

5.     “Hoa Lo” in Vietnamese language. Author Nguyen Chi Thien. Published by To Hop Xuat Ban mien Dong Hoa Ky 2001.

6.     “The prison where I live” by International PEN 1996 ISBN 0-304-33304-2

7.     Vietnam Human Rights Network www.vnhrnet.org

 
Lam Thu Van M.D.
Democracy for Vietnam Centre
Montreal, Québec, Canada
 

 À la mémoire du poète Nguyen Chi Thien, avec qui j’ai eu l’honneur de travailler pour défendre les droits de la personne depuis 1997, dans le Réseau vietnamien des droits de la personne.

Le poète Nguyen Chi Thien, emprisonné 3 fois en 27 ans, par les communistes vietnamiens, à cause de ses poèmes « Fleurs de l’enfer »

Nguyen Chi Thien (1931-2012), né le 27 février 1939 au Nord Vietnam (province de Ha-Nam), a été incarcéré 3 fois, pendant une période s’écoulant entre 1961 et 1991, à cause de ses poèmes qui dénoncent la détention arbitraire et les traitements inhumains des prisonniers dans les goulags du Vietnam. De plus, Nguyen Chi Thien s’oppose au manque de liberté d’expression et de pensée dans la société sous le régime communiste.

Comme par miracle, non seulement Nguyen Chi Thien a survécu à ces 27 ans de prison, mais il a réussi à composer, pendant cette période, environ 700 poèmes qu’il a gardés dans sa mémoire jusqu’à la fin de sa vie.

Premier emprisonnement (1961-1964) à Phu Tho (province de Yen Bai), à la suite d’une leçon d’histoire dans laquelle il n’était pas d’accord avec la version officielle. Pendant ces 3 ans et demi de détention, Nguyen Chi Thien a pu composer environ 100 poèmes, sans papier ni crayon, et les a gardés dans sa mémoire ; des poèmes qui retracent les atrocités dont il est témoin, ou que lui-même est victime : la faim, les tortures, le danger d’être agressé par des criminels dans les prisons où toutes sortes de prisonniers sont entassés dans un même logement.

Deuxième emprisonnement (1966-1977) : Transféré dans plusieurs camps de « ré-éducation » différents (Yen Bai, Lao Cai, Cong Troi, Phong Quang). Ces 12 années d’emprisonnement, sans procès, étaient causées par la circulation de ses poèmes dans le milieu intellectuel à Hanoi pour qui la dictature du gouvernement communiste devenait de plus en plus intolérable. Et Nguyen Chi Thien n’était pas le seul à subir les répressions ! Alors de nouveau, il a enduré les travaux forcés, la faim, les maladies contagieuses, l’humiliation, les tortures…

Troisième emprisonnement (1979-1991), à la Prison Centrale Hoa Lo (Hanoi) pendant 8 ans, puis dans les camps de « ré-éducation », dont le dernier était Ba Sao (province Ha Nam). À sa sortie de prison en 1977, Nguyen Chi Thien s’est dit : « Il faut faire connaître à tout le monde les souffrances incroyables de notre peuple opprimé et torturé par les communistes ». Pour cela, en secret, Nguyen Chi Thien a copié sur papier 400 poèmes et a réussi à remettre ce manuscrit précieux à l’Ambassade Britannique à Hanoi, avec l’espoir de faire publier ses poèmes à l’étranger. Ce geste audacieux a réussi mais il a ramené Nguyen Chi Thien de nouveau au milieu carcéral, pour 12 autres années ! Au début, à la prison Hoa Lo, il était détenu en cachot, enchainé nuit et jour, pendant 8 mois.

Entre ces 3 emprisonnements, c’était la misère et l’isolement total. Impossible de trouver du travail, car il est défendu aux employeurs d’embaucher les anciens prisonniers politiques. De plus, ces derniers sont placés sous stricte surveillance policière qui contrôle tout contact avec la société et les soumet à des interrogatoires et des harcèlements.

Toute sa vie, Nguyen Chi Thien a essayé de dénoncer le mensonge et combattre l’injustice représentés par les communistes, avec l’arme unique qu’il a fabriquée : ses poèmes. Il a parlé pour toutes les victimes de cette dictature. Écoutons-le :

« Les Marécages », 1972

« […] Le Parti ordonne : Silence ! Parle ! Pleure ! Ris !

Crève de faim ! Travaille ! Oses-tu protester ?

Tu vas moisir en prison, sans discussion… »

 
« Je peux manger… », 1968

Je peux manger cru, du manioc par kilos,

Avec plaisir, comme du chocolat.

Je fais mieux qu’un cochon, vas-tu dire ?

Je vis dans un camp-prison Viet-Communiste !

 
Le vent hurle en rafales, en plein hiver,

Debout dans l’eau j’amasse des bambous dans la rivière.

Tu crois que j’ai des os de fer et une peau de cuivre ?

Je vis dans un camp-prison Viet-Communiste !

 
La nuit, couché par terre sur soixante centimètres de natte

Entre un lépreux et un tuberculeux

Que veux-tu que je fasse ?

Je vis dans un camp-prison communiste !

 
Voici, textuellement, la lettre écrite par Nguyen Chi Thien, adressé au représentant de l’Embassade Britannique à qui il a remis le manuscrit de « Fleurs de l’enfer ». Un appel au secours, un cri de détresse, du fond de l’enfer communiste :

« Monsieur !

C’est au nom des millions de victimes innocentes de la dictature, déjà succombées ou subissant encore une mort lente et douloureuse dans les bagnes communistes, que je vous prie de faire publier ces poèmes dans votre pays libre. C’est le fruit de mes vingt ans de travail. La plupart ont été créés dans mes années de détention. Je pense qu’à nous, les victimes, il appartient plus qu’à personne d’autre de montrer au monde les souffrances incroyables de notre peuple opprimé et torturé à merci. De ma vie brisée, il ne reste qu’un seul rêve, c’est de voir le plus grand nombre possible d’hommes prendre conscience de ce que le communisme est en grand fléau de l’humanité.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de ma profonde reconnaissance ainsi que celle de mes compatriotes infortunés ! 

Nguyen Chi Thien

14 juillet 1979»

 

Adopté par Amnistie Internationale depuis 1986, International PEN, PEN Canada, Human Rights Watch, le Parlement International des Écrivains.

Prix de la Poésie de Rotterdam 1985.

            Les livres de Nguyen Chi Thien  « Fleurs de l’enfer » et « Hoa Lo» ont été publiés dans plusieurs langues : vietnamien, français, anglais, allemand, japonais, tchèque, chinois…

Références

1-    « Hoa Dia Nguc ». Auteur : Nguyen Chi Thien. En vietnamien. 2006. Publié par To Hop Xuat Ban Mien Dong Hoa Ky. Etats Unis. ISBN 0-9772129-5-5

2-    « Hoa Lo, Hanoi Hilton Stories ». Auteur: Nguyen Chi Thien. En anglais. Publié par Yale University Southeast Asia Studies ». Etats-Unis. 2007. Avec le témoignage de Nguyen Chi Thien sur les Droits de l’Homme devant le Congrès des Etats-Unis, 1995.

3-    « Tieng Vong Tu Day Vuc, Echo aus dem Abgrund”, bilingue vietnamien et allemand. Traducteurs : Bui Hanh Nghi, 1991. Frankfort, Allemagne. ISBN 89406-044.

4-    « Selection of Flowers of hell, Hoa Dia Nguc ». Bilingue vietnamien et anglais. Traducteur: Nguyen Ngoc Bich. Publié par To Hop Xuat Ban Mien Dong Hoa Ky. Etats Unis. 1996.

5-    « Hoa Lo ». en vietnamien, 2001. Publié par To Hop Xuat Ban Mien Dong Hoa Ky. Etats Unis.

6-    « The prison where I live », 1996. PEN International. En anglais. ISBN 0-304-33304-2

7-    « Fleurs de l’enfer », « Hoa Dia Nguc ». bilingue vietnamien et français. Traducteurs : Nguyen Ngoc Quy et Dominique Delaunay. Publié par l’Institut de l’Asie du Sud-Est. France. 2000

8-    Vietnam Human Rights Network www.vnhrnet.org

 

 

Dr. Lam Thu Van
Centre de Démocratie pour le Viêt-Nam
Montréal, Québec, Canada