Tuyet T Le
Brick Number: 
7301-7305

In memory of Gen. Hoang Co Minh
Commodore Hoang Co Minh
Although strength may be different at times,
it is present in every generation.
In Binh Ngo Dai Cao (the Great Proclamation upon the Pacification of the Wu), Nguyen Trai
asserted that, “The Vietnamese people, despite times of mourning in the wake of destruction,
even through times of hopelessness, there are patriots who stand up and bolster the people to
protect the country.”
After April 30, 1975, Vietnam fell into a grim situation.
In recent history, the Vietnamese people have never been so traumatized as this, not due to
foreign invasion, but due to the spread of communism in Indochina by the small number of
communist leaders from the North.
But even in a state of ruin and hopelessness, despite the collective feelings of confusion and
frustration, there are still and will always be courageous people who stand up to continue to fight
for Vietnam’s independence and freedom.
Commodore Hoang, along with some of his comrades, are among those heroes who attempted
to liberate the nation. The United Front for the Liberation of Vietnam was born in the early
1980s. Two years later, in order to build up internal forces in preparation for the long struggle
ahead, he and his comrades founded Viet Tan and led the two organizations until their deaths
on the battlefield in Southern Laos in August 1987.
The 1980 - 1987 period was a time of extreme difficulty, complexity and danger. Difficult
because every foundation of the struggle had to be built up from nothing, by the blood and
sweat of the Vietnamese people themselves. Complex because of the disturbances the situation
caused, making it harder to establish solidarity among the people. Dangerous because the
violent Hanoi regime was in control of the entire Vietnamese, Cambodian and Laotian territories
-- not to mention the dangers of unchartered territories.
But it was patriotism and nationalism that prompted Commodore Hoang and hundreds of
members of the resistance of the United Front to steadily build a base and initiate an eastward
push called the Dong Tien Movement into the motherland. Along with other patriots, they
mobilized the people to fight for the liberation of the country from the constraints of the
Communist Party of Vietnam.
Resistance fighter Phung Tan Hiep made great strides in pushing the Eastward Movement,
successfully uniting supporters abroad and at home. It was also on this road that Phung Tan
Hiep was laid to rest during a visit to the base in October 1983 and was honoured by the United
Front as one of the heroes of the Eastward Movement.
Running in parallel with the Eastward Movement, the United Front set up the Vietnam
Resistance Radio station, which officially broadcasted from December 27,1983, until January
1991. The Vietnam Resistance Radio not only shed light onto the communist regime, but also
fanned the flames of hope throughout the country.
Meanwhile, Vietnam's communist regime fell into disarray after the border war with China in
early 1979 and was bogged down by conflicts in Indochina. This caused the regime to launch
economic reforms known as “Đổi Mới” in late 1986 to save itself.
This event prompted the patriotic forces to step up their combined efforts and create historic
changes. In July 1987, Commodore Hoang, along with some members of the United Front
leadership, crossed the Mekong River in southern Laos to enter the Central Highlands of
Vietnam. This fateful trip would be their last. On August 28,1987, Commodore Hoang and his
closest comrades sacrificed themselves for their country, for the notion of peace and reform,
just 20 kilometres from the border of their beloved Vietnam.
Although Commodore Hoang fell, his patriotism and nationalistic spirit continues to be passed
down through generations of the United Front, now merged with and known as Viet Tan, for
more than three decades.
Today, the country is not free and there are still challenges ahead of us, but Hoang Co Minh’s
legacy continues to light the path for Viet Tan members to fight for a better tomorrow.
Biography of Commodore Hoang Co Minh:
Commodore Hoang was born to a scholarly family in Hanoi in 1935. In 1954, he was among a
wave of northerners who fled to the south to avoid communism. The following year, he joined
the South Vietnamese Naval Academy in Nha Trang. In 1956, he graduated with the rank of 2nd
Lieutenant and served on the South Vietnamese Riverine forces in the canals of Tien Giang and
participated in the battles for Rung Sat.
In 1959, he spent two years at the U.S. Naval Post Graduate School in Monterey, California. In
1961, he earned the rank of Marine Captain and served on battleships as Vice-Commander,
then Commanding Officer of Landing Ship Infantry Light (LSIL) and Patrol Craft Escort (PCE)
battleships. From 1962 to 1964, he was a Commander of Division IV Minesweeper Ship (MSS)
By 1964, he was appointed as a military attaché in the Republic of Vietnam (RVN) embassy in
Seoul, South Korea. After two years of service there, he was the first Vietnamese person and
the 14th foreigner to receive the highest medal of the National Assembly and the President of
the Republic of Korea for foreigners, reserved mostly for international heads of states.
He returned to Vietnam in 1966 and was promoted to Lieutenant Colonel, head of the Political
Warfare Division in the RVN Navy.
In 1969, he earned the rank of Senior Commanding Officer, was nominated Deputy
Commander, and then Commander of RVN Navy with the rank of Colonel.
In 1973, he left the RVN Navy to take charge Zone 2 of Coastal Command with the Command
Post of the Cam Ranh Peninsula.
He was promoted to Commodore in 1974 as one of the youngest officers in the RVN Navy and
the first to be promoted from his naval officers graduating class of 1955.
Over time, he held a series of ranks including: Front Commander of the 2nd Corps of the RVN
Navy, Phu Yen Binh Dinh Front Command, and Phan Rang Phan Thiet Front Command.
His last rank was Commodore of the Republic of Vietnam Navy.
He became a refugee in the United States in 1975 and founded the Overseas Vietnamese
Veteran Forces in 1977. In 1980, it was renamed the Overseas Vietnamese Veteran and
Civilian Forces. That same year, he helped found the United Front for the Liberation of Vietnam.
In 1981, he left the United States with five comrades, Le Hong, Tran Thien Khai, Nguyen Trong
Hung, Nguyen Thanh Tieng and Truong Tan Lac, to build a base and start their movement into
Vietnam.
In 1982, Hoang Co Minh founded Viet Tan (Vietnam Reform Party). From 1982 to 1987, he was
chairman of Viet Tan.
On August 28, 1987, Hoang Co Minh sacrificed his life on the road to the liberation of Vietnam.
"The roads we travel have two destinations.
Both are glorious and meaningful.
The first is the liberation of Vietnam.
The second is to bravely sacrifice for the liberation of Vietnam."
- KCQ Hoang Co Minh
Tuyet Le
 
 
Commodore Hoang Co Minh
Bien que la force connaît des hauts et des bas
Des personnages épiques, toujours il y en aura
Dans la Grande Proclamation de la Défaite des Nordistes, Nguyen Trai affirmait : « Même
lorsque le peuple du Vietnam est défait jusqu’à une quasi extermination, même lorsqu’il n’y a
plus d’espoir, il y aura toujours un personnage épique pour s’élever et entraîner tout le
peuple dans la lutte pour sauver la patrie ».
Après le 30 avril 1975, le Vietnam est tombé dans un désespoir sans fin.
Dans l’histoire récente, jamais le peuple vietnamien s’est retrouvé dans un état si pitoyable,
non causée par une invasion extérieure, mais par la néfaste ambition de communiser l’Asie
du Sud-Est des dirigeants nord-vietnamiens de cette époque.
Bien que la situation était désespérée, bien que la majorité de la population se sentait
perdue, démoralisée et attentiste, il y a eu des personnes courageuses pour se relever et
continuer le combat pour l’indépendance et la liberté de la mère patrie.
Parmi des héros, le commodore Hoang, ainsi qu’un certain nombre de ses frères d’armes
ont eu la volonté le libérer le peuple. C’est ainsi qu’a été créé le Front Uni de Libération du
Vietnam au début des années 1980. Deux ans plus tard, afin de pérenniser l’aspiration pour
un Vietnam libre et prospère, il a fondé le Parti pour la Réforme du Vietnam. Il a dirigé les
deux organisations jusqu’à son sacrifice dans la jungle du Sud-Laos en août 1987.
La période 1980-1987 était particulièrement difficile, complexe et dangereuse. Difficile car
sur le plan de la lutte populaire, il a fallu tout reconstruire depuis le zéro, avec seulement le
sang et la sueur des vietnamiens exilés. Complexe car la situation géopolitique ne facilitait
pas les choses. Dangereuse car il fallait faire face à l’appareil répressif de Hanoi qui
contrôlait tout sur les trois pays : Vietnam, Laos, Cambodge, sans compter les dangers
inhérents à la jungle.
Mais c’est grâce à ce patriotisme et la volonté de reconquérir le pays que le commodore
Hoang et quelques centaines de ses frères d’armes ont jeté les fondations pour la
résistance, ouvrant la Voie de l’Est pour revenir dans la mère patrie. Le but était de faire la
liaison avec les patriotes de l’intérieur, afin de lancer un mouvement de libération du pays du
joug communiste.
Le résistant Phung Tan Hiep a été celui qui le plus contribué à ouvrir la Voie de l’Est,
réussissant à faire la jonction avec les groupes de l’intérieur. Mais c’est aussi dans cette
périlleuse entreprise que Phung Tan Hiep a fait le sacrifice ultime en octobre 1983, devenant
un héros de la Voie de l’Est.
En parallèle de l’ouverture de la Voie de l’Est, le Front a également créé le 27 décembre
1983 la Radio de la Résistance Vietnamienne, qui a émis sans discontinuité jusqu’en 1991.
La Radio de la Résistance a contribué à percer le black-out de l’information orchestré par le
régime communiste, tout en entretenant la flamme de l’espoir dans le pays.
Pendant ce temps-là, le régime communiste vietnamien tombe dans une situation
désespérée avec la guerre contre la Chine début 1979, le bourbier au Cambodge, la
dépression économique. Fin 1986, suivant les ordres du Kremlin et son Perestroïka, le
régime est obligé de lancer une politique d’ouverture pour survivre.
Cette situation a incité les forces patriotiques à se regrouper pour tenter de provoquer des
changements historiques. Début juillet 1987, le commodore Hoang, accompagné d’autres
dirigeants du Front, ont traversé le Mékong, au Sud du Laos pour se diriger vers les hauts
plateaux du Vietnam. Mais ce voyage a scellé sa destinée. Le 28 août 1987, le commodore
Hoang a plusieurs de ses frères d’armes se sont sacrifiés pour la patrie, pour les idéaux de
liberté et de réforme du pays alors qu’ils étaient à une vingtaine de kilomètres du territoire
vietnamien.
Bien que le commodore Hoang est tombé, mais son amour de la patrie et sa volonté de
reconquête a survécu depuis 30 ans à travers les générations de membres du Front, devenu
Viet Tan de nos jours.
Aujourd’hui, notre pays ne connaît toujours pas la liberté et doit faire face à de nombreuses
difficultés, mais l’état-d’esprit Hoang Co Minh demeure une lumière pour les membres de
Viet Tan qui militent pour un jour meilleur.
Biographie du commodore Hoang Co Minh :
Né en 1935 à Ha Noi au sein d’une famille d’intellectuels, il a migré au Sud-Vietnam en 1954
comme 2 millions d’autres vietnamiens. En 1955, il se porte volontaire pour l’Académie
Navale à Nha Trang. Diplômé en 1956 avec le grade de sous-lieutenant, il est affecté à la
Compagnie Navale des Volontaires, opérant dans les canaux de Tien Giang. C’est à cette
période qu’il participe à l’opération Rung Sat (surveillance du maquis).
En 1959, il part à Monterey, Californie, pour étudier pendant deux ans à l’U.S Naval Post
Graduate School, En 1961, il est promu Lieutenant de vaisseau (équivalent d’un capitaine
dans l’armée de terre) et occupe des postes de commandants en second, puis de
commandant sur plusieurs patrouilleurs et escorteurs.
En 1962 et 1964, il est nommé conseiller militaire auprès de l’ambassade du Viet Nam en
Corée. Après deux ans de service à Séoul, il fût le premier vietnamien et aussi le premier
militaire étranger à avoir reçu les 14 plus hautes distinctions du Parlement et de la
Présidence coréenne réservées aux étrangers, dont la plupart des récipiendaires sont des
chefs d’états.
En 1966, promu capitaine de frégate (équivalent de lieutenant-colonel), il devient le chef du
Bureau de Guerre Politique au sein du Ministère de la Marine.
En 1969, il obtient son diplôme de commandement supérieur et affecté comme chef d’étatmajor
adjoint, puis chef d’état-major des forces fluviales, avec le grade de Capitaine de
vaisseau (équivalent de colonel).
En 1973, il quitte les forces fluviales pour devenir le chef d’état-major de la 2ème zone
maritime, dont la base principale est à Cam Ranh.
Il est promu au grade de commodore en 1974, faisant partie de l’un des plus jeunes officiers
généraux de l’armée de la République du Sud-Vietnam. Il est également le 1er général de sa
promotion 1955.
Jusqu’à la fin de la guerre en avril 1975, avec le grade de commodore, il a occupé différents
postes aux états-majors avancés de la 2ème zone militaire, des fronts Phu Yen, Binh Dinh,
Phan Rang, Phan Thiet.
En 1975, il se réfugie aux Etats-Unis puis fonde les Forces Militaires Vietnamiennes de
l’outre-mer en 1977. En 1980, ce mouvement devient les Forces Civiles et Militaires
Vietnamiennes de l’outre-mer. La même année, il créé le Front Uni de Libération du Vietnam.
En 1981, en compagnie de cinq frères d’armes : Le Hong, Tran Thien Khai, Nguyen Trong
Hung, Nguyen Thanh Tieng, Truong Tan Lac, il se rend en Thaïlande pour créer le maquis.
En 1982, il créé Viet Tan, le Parti pour la Réforme du Vietnam, dont il occupe le poste de
président jusqu’en 1987.
Le 28 août 1987, il fait le sacrifice ultime sur le chemin du retour vers la mère patrie.
« Il n’y a que 2 finalités dans la voie que nous prenons
Ces 2 finalités sont aussi symboliques et glorieuses l’une que l’autre
Soit nous libérons le Vietnam
Soit nous nous sacrifions pour la libération du Vietnam »
- Hoang Co Minh
 
Tuyet Le