Ninh Viet Nguyen
Brick Number: 
5180-5184

In Memory of writer Phung Cung.
 
Victim of communism, I was a prisoner in re-education camps for many years in Vietnam. Since I was given asylum in Canada in 1984, I started to write novels and articles to tell the truth about the atrocities of the communist regime.
It is an honour for me to share the story of writer Phung Cung, a member of the group “Nhan Van Giai Pham” whose journalists and writers were victims of the repression by the Vietnamese Communist Party.
August 21, 2014
Thai Viet-Nguyen Viet Ninh
Writer Phung Cung (1928-1997)
Victim of communist repression of freedom of expression and opinion in Vietnam
 
Phung Cung was imprisoned for 12 years by the Vietnamese Communists because of one novel published in Nhan Van magazine in 1956.
Phung Cung is a special case, because he was not only a victim of the repression of the freedom of opinion but also a witness of the “Land Reform” abuses in North Vietnam. 

  1. Phung Cung’s father, Mr. Phung Van Kinh was brought to a “people’s court”, subjected to defamation and false conviction, then incarcerated until his death in concentration camp Co-Ni (Thai Nguyen province), in 1954. Mr. Phung Van Kinh’s only “crime” was to be an owner of ancestral land in his village. 
  2. Phung Cung himself was one of the thousands of victims of the communist persecutions of writers, journalists and artists in North Vietnam, mostly from 1954 to 1987. 

Mr. Phung Cung was born in 1928, in Vinh Yên province (North Vietnam). Since the age of 17, Phung Cung was a soldier of the revolutionary army fighting the French colonial army until the Dien Bien Phu victory in 1954. 
Member of the "Writers and Artists Association” in Hanoi in 1954, Phung Cung was one of the writers of the “Nhan Van” magazine, a periodic publication of poets and writers who openly criticized government censorship. With his novel published in “Nhan Van" magazine number 4 “Con ngua gia cua chua Trinh” (“Lord Trinh’s Old Horse”), Phung Cung started to be the target of persecution until the end of his life. In his fiction, Phung Cung compared the behavior of writers who complied to the government’s control of thought to the blindness of a horse whose eyes were blinkered by its master. 
A few days following the publication of his novel, Phung Cung was subjected to a denunciation session at the “Writers and Artists Association”. He lost his job and his Communist Party membership, submitted to home search, interrogation sessions and lived in complete isolation from friends and other writers. Finally, in May 1961, Phung Cung was put in Hoa-Lo Central Prison, in Hanoi, without trial or any judicial process. For 12 years, Phung Cung was incarcerated (most of time in confinement or subjected to forced labour). He was transferred from Hoa-Lo to Bat Bat prison camp (Son Tay province 1961-1965), Yen Binh (Yen Bai province 1965-1971), Phong Quang (Lao Cai province 1971-1973). At Phong Quang camp, Phung Cung and poet Nguyen Chi Thien were inmates and became close friends.
After 12 years of forced labour and starvation, with stomach ulcer and lung tuberculosis without medical treatment, Phung Cung was released from prison, physically devastated. But he never gave up. From the first days of the persecution process until the end of his life, he maintained his condemnation of the suppression of freedom of thought and expression in his country. Phung Cung never collaborated with the communist government. After his novel “Lord Trinh’s Old Horse”, Phung Cung put an end to his writer’s career instead of changing his opinion on the dictatorial regime. 
Many years after his death in 2003, 10 novels and three dozens of poems written by Phung Cung were disclosed to the world. Secretly, he wrote his novels while he was under house arrest (1957-1959), and composed his poems while he was in prison (keeping them in his memory and copying them on paper after his release from prison). Published in Canada and in the US by the Democracy for Vietnam Centre in Montreal, his poems “Trang Nguc” (“The Moon Visiting a Prisoner”) and his novels are appraised by readers to be genuine literary treasures. Phung Cung had to hide his writings because they criticized the communist regime. 
 
 
 
Persecution of writers, artists and dissident intellectuals in North-Vietnam from 1954 to 1987
 
When the war against the French ended in 1954, a group of veteran artists and writers openly asked the government to stop the censorship of their books and newspapers. The reaction from the government was to imprison the leader of the group, poet Tran Dan, for 3 months with the interdiction to publish. 
 
In 1956, with writers Phan Khoi and Nguyen Huu Dang as leaders, the group published 2 magazines “Giai Pham” and “Nhan Van” with articles criticizing the government’s control over artists and writers. They asked for democracy and freedom of opinion. Not only were these two magazines prohibited after a few months, but other magazines and newspapers (Tram Hoa, Đat Moi, Van…) had the same fate: no private media was tolerated, all media belonged to the government.  
 
On January 21 1960, a kangaroo court in Hanoi sentenced Mr. Nguyen Huu Dang and Ms. Thuy An, two writers of the groups Nhan Van and Giai Pham, to 15 years of imprisonment each for “spying and treason”. This arbitrary trial, known as the “Nhan Van Giai Pham trial”, aimed to repress dissenting voices in North Vietnam.
 
Not only members of the “Nhan Van, Giai Pham” group were victims of persecution, but independent writers and intellectuals could not escape punishment when their writings question the arbitrary leadership of the Communist Party. An example is well-known poet Nguyen Chi Thien (1939-2012) with 27 years imprisonment in North Vietnam because of his poem “Hoa Dia Nguc” (Flowers from Hell).
 
The Vietnamese Communists use arbitrary detention to repress freedom of opinion and expression recognized by their own constitution.
 
The crime of the Communists is that, by their harsh treatment of dissidents, they prevent civil society from participating in the development of the country, making Vietnam one of the most backward countries in the world. 
 
 
References:

  1. Nguyen Minh Can's book "Cong Ly Doi Hoi", Van Nghe publisher, 1997 California, USA, ISBN 1-886566-37-2
  2. Phung Cung, "Truyen Ngan, Tap tho Trang Nguc, Tho Xem Dem" ISBN 2-9808467-0-8, Québec and Canada National Library 2004, with Phung Ha Phu’s testimony on his father Phung Cung
  3. Nguyen Chi Thien's "Hoa Lo Hilton Stories" (Story 1 – A Short Ride) Yale University Southeast Asia Studies, 2007 USA

 
 
 
 
J’étais prisonnier dans des camps de rééducation du Viet-Nam pendant plusieurs années. Depuis que le Canada m’a accepté comme réfugié, en 1984, j’ai écrit beaucoup d’articles pour dire la vérité sur les atrocités commises par les communistes vietnamiens.
J’ai l’honneur de retracer ici l’histoire de l’écrivain Phung Cung, un membre du groupe de journalistes et d’écrivains des revues Nhan Van et Giai Pham, victimes de la répression du Parti Communiste au Viet-Nam.
21 août 2014
Thai Viet – Nguyen Viet Ninh
 
L’écrivain Phung Cung (1928-1997)
L’écrivain Phung Cung, emprisonné pendant 12 ans par les communistes à cause d’un seul conte publié dans la revue Nhan Van en 1956.
Phung Cung mérite notre attention particulière, car il était à la fois témoin et victime.
Phung Cung était témoin des abus et atrocités des réformes agraires au Nord Viet-Nam. Le père de Phung Cung, M. Phung Van Kinh, sans avoir commis d’autres « crimes » que de posséder des terres ancestrales à la campagne, fut traduit devant le « Tribunal du Peuple », puis emprisonné au camp de concentration Co Ni (province Thai Nguyên) où il mourut, en 1954.
 
Surtout, Phung Cung a été victime, comme d’autres intellectuels, écrivains et artistes, au Nord Viet-Nam, de la répression de toutes libertés d’expression. 
 
 Phung Cung, né en 1928 à Vinh Yên (Nord Viet-Nam), a servi, dès l’âge de 17 ans, dans les rangs de l’armée vietnamienne dirigée par les communistes jusqu’à la défaite des Français à Diên Biên Phu, en 1954. À la fin de la guerre, Phung Cung est revenu à Hanoi et travaillait avec les autres artistes anciens combattants à l’Association des écrivains et artistes de Hanoi.
À l’automne 1956, un conte écrit par Phung Cung – intitulé « Con ngua gia cua chua Trinh » (Le vieux cheval du Prince Trinh) parut dans « Nhan Van», une revue hebdomadaire d’un groupe d’écrivains dissidents dont les chefs étaient Phan Khoi et Nguyên Huu Dang. Le conte de Phung Cung était une critique visant les écrivains qui n’avaient pas le courage de dire la vérité, de dénoncer les méfaits du gouvernement dictatorial. Quelques jours après cette publication, Phung Cung fut soumis à une séance de dénonciation et de diffamation à l’Association des écrivains et artistes, puis expulsé du Parti Communiste. Il perdit son emploi. Chez lui, il était soumis à la surveillance de la police secrète avec investigations et interrogatoires répétés. Finalement, en mai 1961, il fut incarcéré sans procès, à la prison Hoa Lo de Hanoi. Pendant 12 ans, il était transféré dans des camps de concentration les plus redoutables du pays, vivant le plus souvent au cachot : Bat Bat (Son Tay 1961-1965), Yên Binh (Yên Bai 1965-1971), Phong Quang (Lao Cai 1971-1973). Phung Cung rencontra le poète Nguyen Chi Thien à ce camp Phong Quang.
La détention au cachot et la dénutrition, durant 12 ans de prison, ont fait de Phung Cung physiquement une loque humaine, avec des maladies comme l’ulcère d’estomac et la tuberculose pulmonaire mais son moral est resté inébranlable : jusqu’à sa mort, il a refusé de retirer ses critiques contre le manque de liberté d’expression et de pensée imposé par le gouvernement à son peuple. Après sa sortie de prison en 1973, il vit sous surveillance de la police secrète, sans contact avec le monde extérieur, toujours menacé par la police qui l’interrogeait chez lui le jour et l’obligeait parfois à venir à la station de police dans la soirée pour d’autres interrogatoires. 
Malgré cette surveillance policière, Phung Cung a pu cacher les poèmes qu’il avait composés pendant ses 12 années de prison (Poèmes « Trang Nguc » ou « Clairs de lune en prison ») et gardées dans sa mémoire puis copiés à la main secrètement, chez lui, après sa sortie de prison. 
En outre, après sa mort, 10 contes ont été découverts par sa famille, des contes inédits, qu’il avait écrits dans les années 1957-1959, soigneusement cachés, jamais publiés.
Ces contes et ces poèmes de Phung Cung, ont été envoyés secrètement (sous formes de manuscrits) au Canada, au Dr. Lam Thu Van du « Centre de démocratie pour le Viet-Nam », à Montréal, qui les a publiés aux États-Unis en 2003, (Van Nghê Publisher, en Californie), puis au Canada en 2004 par le Centre de démocratie pour le Viet-Nam, à Montréal sous le titre « Phung Cung, 11 truyên ngan, Tap tho Trang Nguc, Tho Xem Dêm » (Phung Cung, Onze contes, Poèmes « Clairs de Lune en prison », Poèmes « Xem Dêm ») ISBN 2-9808467-0-8.
Par ses contes et ses poèmes, Phung Cung condamnait la dictature du gouvernement qui étouffait par la violence, la liberté de pensée et d’expression du peuple vietnamien. En même temps, Phung Cung décrivait les souffrances endurées par les gens du peuple victimes des abus dans le système judiciaire et de la corruption parmi les cadres du governement sous ce régime totalitaire gouverné par un seul parti, le Parti Communiste.
Répression des écrivains, artistes et intellectuels au Nord Viet-Nam de 1954 à 1987
Nous avons parlé de Phung Cung comme un exemple représentatif du sort subit par les écrivains au Nord Viet-Nam sous le régime communiste. En réalité, son cas n’a rien d’exceptionnel, et ses malheurs font partie d’un malheur général subit par les intellectuels et écrivians du Viet-Nam depuis la prise du pouvoir par les Communistes.
Vers la fin de l’année 1954, Phung Cung et les autres écrivains et artistes du « Groupe des artistes de L’Armée » sont revenus à Hanoi après la défaite des Français à Diên Biên Phu. Pendant la guerre, ces écrivains et artistes avaient dû tolérer la censure du gouvernement parce que c’était en temps de guerre. Mais une fois la guerre finie, ils n’acceptaient plus le contrôle imposé par le gouvernement à leurs activités, leurs œuvres et leurs pensées. Ce groupe d’artistes et d’écrivains ont cru qu’ils avaient le droit de donner leur opinion, de protester contre la censure. En réalité, le chef du groupe, l’écrivain Tran Dan fut emprisonné pendant 3 mois sans procès, avec « interdiction d’écrire ». 
Au printemps de l’année 1956, parut « Giai Pham », une revue de ce groupe d’écrivains dissidents avec l’écrivain Phan Khoi comme chef dont les articles critiquaient le manque de démocratie dans le gouvernement. Vingt jours après la parution de Giai Pham d’automne, parut une nouvelle revue nommée « Nhân Van » dont les éditeurs étaient Phan Khoi et Nguyen Huu Dang. Le premier numéro contenait des articles qui demandaient la démocratie dans le gouvernement et la liberté de pensée pour les citoyens. Le numéro 4 de Nhan Van contenait le conte écrit par Phung Cung (Le vieux cheval du Prince Trinh) dont nous avons parlé plus haut et qui attirait toutes sortes de « châtiments » sur Phung Cung. Non seulement les deux revues Giai Pham et Nhan Van furent interdites, mais les autres revues et journaux qui n’appartenaient pas au gouvernement comme Tram Hoa, Dat Moi, Van… furent interdits en même temps. C’était la censure complète des activités culturelles.
En résumé, à partir de 1956, au Nord Viet-Nam, il n’y avait pas de médias privés. Tous les médias appartenaient à l’état. L’Association officielle des écrivains et journalistes regroupait des membres du parti communiste seulement.
Le 21 janvier 1960 a eu lieu le retentissant procès connu sous le nom de « Procès Nhan Van Giai Pham » qui a condamné à 15 ans d’emprisonnement M. Nguyen Huu Dang et Mme Thuy An, les deux écrivains des groupes Nhan Van et Giai Pham, en les accusant d’espionnage.
Non seulement les écrivains du groupe Giai Pham et Nhan Van étaient victimes de persécution, mais d’autres écrivains n’échappaient pas à ce régime policier, comme un autre cas illustre, le poète Nguyen Chi Thien avec 27 ans d’emprisonnement à cause de ses poèmes nommés « Fleurs de l’Enfer ». 
En résumé, les communistes vietnamiens ont commis et continuent à commettre des crimes, en violation des libertés de pensée et d’expression reconnues par la constitution du Viet-Nam. 
De plus, en semant la terreur dans leur pays, les communistes vietnamiens ont réduit leurs citoyens à l’état d’esclavage qui empêche la participation de la société civile au développement du pays, faisant du Viet-Nam un des pays des plus arriérés.
 
Références :

  1. Nguyen Minh Can: “Cong Ly Doi Hoi”, Van Nghê Publisher, California, USA, 1972, ISBN 1-886566-37-2.
  2. Phung Cung, 11 truyen ngan, Tap tho Trang Nguc, Tho Xem Dem”, ISBN 2-9808467-0-8, Bibliothèque nationale du Québec 2004, Bibliothèque nationale du Canada 2004, avec le témoignage de Phung Ha Phu (fils de Phung Cung).
  3. Nguyen Chi Thien : “Hoa Lo Hanoi Hilton Stories”, Yale University, Southeast Asia Studies, USA, 2007. Dans le chapitre “Story 1 – A Short Ride”, Nguyen Chi Thien parle de Phung Cung qu’il a rencontré au camp Phong Quang.