Minhtri Truong
Brick Number: 
5087-5091

In honour of Catholic Priest Nguyen Huu Le, a victim detained for 13 years in Vietnamese re-education camps. Re-education Camp: What is it ? The term “re-education camp” paints a picture of a nice place to help citizens learn and come back to a good life. But what is the reality in these so called “re-education” camps in Vietnam? Re-education camps by nature are far worse than any prison that ever existed, and it is what the communists used to disguise their horrifying actions to dupe the world.As a former prisoner (from 1975 to 1988) I am both a witness as well as a victim of communist atrocities behind those camp walls. Being unjustifiably condemned in these camps for thirteen long years makes me qualified enough to share with you the inside story. In reality, a  “re-education” camp  is a place where you are thrown into a condition of absolute hopelessness: The treatment of inmates in a re-education camp is far worse than in the most inhumane jails one can possibly imagine. In that hell on earth, the communists torture you both physically and mentally. From the moment you step into the “re-education” camp, you have no clue as to what will become of you – you may be released within a day, a year, a decade or most likely never. When the communists took over the government in 1975, I was the Assistant priest in the Vinh Long Catholic parish in the Mekong Delta in South Vietnam.  I was arrested for preaching against the communist party and was dubbed as an element of ‘anti-revolutionary’ so herded into a “re-education camp” for 3 years. Those 3 years however, ended up becoming 13 long years of my life.The body is deprived of food & freedom; forced hard labour concomitant with a starvation diet. The prisoners’ situation is worsened by both natural as well as man-made conditions. Religious or political prisoners like myself were forced to live in a special disciplinary room, where we were deprived of any protection whatsoever, and were exposed to extremely damp & hot summer temperatures soaring to 45 degrees C coupled with the hot winds blown off the dry mountains from the West. Such were the conditions in Thanh-Cam camp (Thanh Hoa Province), where I survived 10 long years in a window-less cell. During winter the temperatures can dip to 2 degrees, as on the Chinese border at the camp called Quyet-Tien, nick-named as ‘Gateway to Heaven’ (Cong Troi). Having endured both these camps, it is not hard for me to get the hidden meaning of this nickname.There is zero hygiene (in fact beyond what you can humanely subject anyone to); no medical care at all, regardless of your body screaming for some attention after multiple beatings and torture. The human beings in those camps were controlled through their stomachs as a constantly starved body is forced to think of nothing more than food for survival.  The scars are not just physical but a lot more psychological too, being constantly showered with abuses and threats.All inmates are strictly ordered to follow two rules:- Firstly to cooperate with the guards; secondly to watch and denounce your fellow inmates. To worsen the situation the communists made a constant empty promise “If you re-educate yourself well, you will be released” which led some prisoners to even betray their fellows by working as ‘spies’, going to the extreme of killing them, in an effort to please the communist camp authorities, hoping for release.Amidst sickness & hunger, barely managing to stay alive, we had no inkling of what’s to come next. Coupled with extreme torture it is not only the physique that suffers but also the mind loses all hope; many would be driven to delirium.  With a total ban on religious practice, especially for priests like myself, all the detainees for ‘re-education’ were ill-treated in this horrid manner.So to repeat, having been a witness as well as a victim of atrocities by the communist authorities, I have briefly shared my experiences and thereby hopefully provided future generations a rare insight into the obscure world of ‘re-education camps’.You can find more details on my 13 years in re-education camps in Vietnam in my book “Toi Phai Song” in Vietnamese (ISBN 978-0-9799345-5-1)  and in French, entitled « Je Dois Vivre », published by Les Indes savantes, www.lesindessavantes.com (ISBN 978-2-84654-315-6). Rev. Nguyen Huu Le25 Browns Rd, ManurewaAuckland-2102, New ZealandTel. (+64)-9 2662789Email: tpslenguyen@yahoo.com        ************* C’est quoi un camp de rééducation ? Le terme de « camp de rééducation » évoque une vision d'un endroit de paix qui apprend aux détenus comment redevenir de bons citoyens. Mais dans la réalité, c'est un lieu d'enfermement des plus infectes que les communistes du Viet-Nam se servaient pour nier et camoufler leurs coupables méfaits, dans le but de tromper l’opinion internationale. Étant un ancien prisonnier de ces camps de rééducation pendant 13 ans (1975 à 1988), j'ai été témoin et victime de ces atrocités commises par les communistes derrière ces enceintes secrètes et interdites à toute investigation. Ils m'y ont enlevé toute espérance, ils m'y ont traité avec la plus abjecte inhumanité.Une fois jeté dans cet enfer, un homme n'avait aucune idée de ce qui va advenir de lui. Serait-il libéré demain, après-demain, dans l'année ? Peut-être dans 10 ans ? Jamais de sa vie ? Quand les communistes ont pris la totalité du pouvoir dans mon pays -le Viêt-Nam-, j'étais vicaire de l'église catholique de Vinh Long, une ville du delta du Mékong ; ils m'ont arrêté comme un « antirévolutionnaire » et m'ont enfermé pour 3 ans pour avoir prêché contre le Parti communiste. Ces 3 ans sont devenus en réalité 13 longues années !Pendant ces années mon corps était soumis à la torture de la faim et au travail forcé. Les prisonniers politiques ou religieux comme moi étaient continuellement immobilisés sur une planche par des chaînes aux pieds, forcés de combattre à la fois contre la volonté de leurs tourmenteurs et celle de leur propre nature pour survivre. J'étais confiné en cellule disciplinaire sans fenêtre : exposé comme à Thanh Cam àune température souvent de 45 degrés sous un vent torride venant des montagnes desséchées de l'Ouest, durant 10 années ; ou forcé comme au camp Quyet Tien -dénommé ironiquement Porte du Ciel (Cong Troi) - à subir des températures de 2 degrés à la bordure de la Chine, avec ses gelées et ses vents glaciaux.Les conditions d'hygiène dans ces camps étaient réduites à zéro, en fait rétrogradées au-delà des limites humainement acceptables : aucune prévention, aucun soin médical ni de considération de ce que l'organisme réclamait après de multiples tortures. Les détenus de ces camps étaient constamment affamés, humiliés et menacées de coups.Tous les détenus devaient obéir à deux règlements : premièrement, coopérer avec leurs gardiens, deuxièmement, surveiller leurs compagnons pour les dénoncer aux gardiens. En vue d'une vague promesse ( « Si vous vous rééduquez bien, vous serez plus tôt renvoyé chez vous ! ») qui poussait les pauvres d'esprits à s'enrôler comme espions et délateurs , à trahir plus ou moins tragiquement leurs compagnons afin de mériter cette complaisance auprès de leurs tortionnaires avec l’espoir d’être libérés.Entre tous les maux de l'âme et du corps, sous une constante famine, nous n'avions aucune illusion de ce qui allait advenir de nous. Nos espérances étaient des délires. Toute pratique religieuse étant interdite et combattue, les détenus-croyants comme moi-même souffraient le martyre.Loin de vouloir répéter, avoir été à la fois le témoin et la victime, j'ai exposé ici mes expériences dans le but d'apporter aux générations futures une idée exacte du monde obscur des camps de rééducation du Viêt-Nam.Pour plus de détails, consultez le récit complet de mes 13 ans de détention dans les camps de rééducation du Viêt-Nam dans mon livre intitulé “Toi Phai Song”  (« Je Dois Vivre ») publié en vietnamien (ISBN 978-0-9799345-5-1) et en français aux éditions les Indes savantes, www.lesindessavantes.com (ISBN 978-2-84654-315-6).   RP Nguyen Huu LeAumônier de la Communauté Catholique Vietnamienne à Auckland, Nouvelle –Zélande25 Browns Road, Manurewa. Auckland 2102.NZTel. +64.9.266-2789Email : tpslenguyen@yahoo.com