Diem Ha
Brick Number: 
5127

In honour of Ms. Mai Thi Dung, who is currently serving a 11 year prison term for her religious beliefs in Vietnam. Mai Thi Dung, victim of religious intolerance in Vietnam   Ms. Mai Thi Dung, a Hoa Hao buddhist believer in Vietnam is currently incarcerated at Z30A Xuan Loc re-education camp, serving an 11 year imprisonment sentence, because of her participation to the Hoa Hao buddhist groups’ protests against government’s crackdowns on independent Hoa Hao buddhist groups in 2001 and 2005.   Ms. Mai Thi Dung, born 1969, in An Giang province, South Vietnam, was arrested in 2005 by the Vietnam communist authorities in An Giang and sentenced to 5 years of imprisonment, convicted of “disrupting public order”, just because she was the leader of the “Hoa Hao Buddhist Women League” of Cho Moi, An Giang province, and she helped organizing Hoa Hao buddhist religious ceremonies in An Giang. As the communist regime does not tolerate any independent association, religious, professional or political, the security forces cracked down to prevent every independent association’s activity, even peaceful celebrations of religious annual events.   In 2007, while Mai Thi Dung was serving her prison term of 2005, the People’s Court of Vinh Long province tried her for her involvement in a protest of independent Hoa Hao buddhist groups in 2001, and sentenced her to an additional 6 year prison term.   At Z30A Xuan Loc re-education camp, Dong Nai province, Ms. Mai Thi Dung was detained in section 5 with Ms. Do Thi Minh Hanh, a worker rights activist serving a 7 year prison term. Released on June 27, 2014, Ms. Do Thi Minh Hanh denounced to the international media and human rights organization the torture and abuses that she was victim and witnessed at Z30A Xuan Loc camp. According to Ms. Do: Ms. Mai Thi Dung has been suffering from gall bladder stones with frequent crises of pain. Ms. Mai asked the prison authorities to send her to the hospital for treatment. But the authorities pressured her to plead guilty (to confess her “crimes”) in order to get the treatment she needed. As Ms. Mai refused to plead guilty, the prison authorities let her suffer without medical care and have continued to compel her to perform forced labour, which is the standard regime for all women prisoners at Z30A Xuan Loc camp.   To complete her prison term of 11 years, Ms. Mai Thi Dung still has to stay in prison until 2016 and her health is deteriorating seriously. Mai Thi Dung’s arbitrary detention and torture come from the communist government’s intolerance of freedom of belief and of religion, in violation of the U.N. international covenant on civil and political rights which Vietnam is a state party.   References: 1.     Do Thi Minh Hanh, Free Viet Labor Federation (www.laodongviet.org) 2.     Vietnam Human Rights Network (www.vnhmrnet.net)     August 22 – 2014 Ha Thi Diem   Mme Mai Thi Dung, victime de répression religieuse au Viet-Nam Mme Mai Thi Dung, une fidèle du secte Bouddhiste Hoa Hao au Viet-Nam, est une prisonnière au camp de ré-éducation Z30A Xuan Loc avec une sentence de 11 années d’emprisonnement, à cause de sa participation aux manifestations pour protester contre les répressions des groupes Hoa Hao en 2001 et 2005 par les autorités locales. Mme Mai Thi Dung, née en 1969 à An Giang, Sud Viet-Nam, fut arrêtée en 2005 par les autorités communistes de An Giang et condamnée à 5 ans d’emprisonnement avec l’accusation d’avoir « troublé l’ordre public » suite à son implication dans l’organisation des cérémonies religieuses à An Giang, en tant que présidente de « l’Association des Femmes Hoa Hao Bouddhistes ». Sous le régime communiste, il est strictement interdit de fonder des associations indépendantes religieuses ou professionnelles ou politiques, c’est pourquoi les autorités locales empêchent toutes célébrations d’évènements religieux en dispersant les participants et arrêtant les responsables de ces fêtes pacifiques. En 2007, alors qu’elle était en prison à cause de l’accusation en 2005, Mme Mai Thi Dung fut, de nouveau, traduite en justice à Vinh Long avec l’accusation d’avoir participé aux manifestations des Bouddhistes Hoa Hao en 2001. Alors, un autre terme de 6 ans fut ajouté à ses 5 ans d’emprisonnement. Au camp de rééducation Z30A Xuan Loc, province Dong Nai, Mme Mai Thi Dung partageait la même cellule que Mlle Do Thi Minh Hanh, une militante des droits des travailleurs condamnée à 7 ans d’emprisonnement. Le 27 mai 2014, Do Thi Minh Hanh fut libérée et elle a révélé à la presse et aux organisations internationales des droits de l’Homme, les tortures et d’autres traitements inhumains qui lui étaient infligés ou dont elle était témoin. D’après Do Thi Minh Hanh, Mme Mai Thi Dung a présenté depuis longtemps des symptômes d’un blocage des voies biliaires avec de fréquentes crises de douleurs. Elle a demandé aux autorités de l’envoyer à l’hôpital pour se faire opérer, mais jusqu’à date, on ne lui a pas permis d’aller se faire soigner car la condition exigée par les autorités est qu’elle devrait signer un document pour plaider coupable, reconnaître « ses crimes ». Comme elle a refusé de plaider coupable, ses geoliers l’ont laissée souffrir, et de plus, elle est obligée d’accomplir les travaux forcés imposés par la prison à toutes les détenues du camp de rééducation Z30A Xuan Loc. Mme Mai Thi Dung devrait rester en prison jusqu’en 2016 pour compléter le terme de sa peine de 11 ans, et son état de santé décline d’une façon alarmante. Le traitement  inhumain infligé par les communistes vietnamiens à Mai Thi Dung provient de la politique d’intolérance du gouvernement à toute liberté de pensée, religieuse ou politique, et cela constitue une violation du Pacte International des Nations Unies sur les droits civils et politiques que le Vietnam s’est engagé à respecter. Références : Do Thi Minh Hanh, Free Viet Labor Federation (www.laadongviet.org) Vietnam Human Rights Network (www.vnhrnet.net)   22 aout 2014 Mme Ha Thi Diem